Israel Shamir

Ideas that will Derail the descent to Barbarity

Israel Shamir

Israël Shamir est un éminent intellectuel russo-israélien, écrivain, traducteur et journaliste. Il est né à Novossibirsk, en Sibérie. Il est le petit-fils d’un professeur de mathématiques et le descendant d’un rabbin de Tibériade, en Palestine.

Après des études à la prestigieuse Ecole de l’Académie des Sciences, il a enseigné les mathématiques et le droit à l’Université de Novossibirsk. En 1969, il s’est établi en Israël. Parachutiste durant son service militaire, il a combattu durant la guerre d’octobre 1973. 
Après l’armée, il a repris des études de droit à l’Université Hébraïque de Jérusalem, mais il a laissé la carrière juridique pour se consacrer au journalisme et à la littérature.

Il a eu une première expérience du journalisme à la Radio israélienne. Reporter freelance, ses diverses missions l’ont amené au Vietnam, au Laos et au Cambodge, pays où il a assuré la couverture des derniers développement de la guerre dans le Sud-Est asiatique. En 1975, I. Shamir est entré à la BBC et il s’est installé à Londres. En 1977-79, il a écrit pour Maariv ainsi que d’autres journaux depuis le Japon, où il était envoyé spécial. A Tokyo, il a écrit son premier roman : “Voyages avec mon fils”. Cela ne l’a nullement empêché de trouver le temps de traduire un certain nombre de classiques japonais.

Revenu en Israël en 1980, I. Shamir a écrit pour deux quotidiens israéliens : Haaretz et Al Hamishmar. Il était également porte-parole du Parti socialiste israélien (Mapam) à la Knesset. Il a traduit en russe l’oeuvre de S Y Agnon, le seul écrivain en hébreu moderne lauréat du Prix Nobel de littérature. Cette traduction a été publiée à plusieurs reprises tant en Israël qu’en Russie. Il a également traduit des sélections de l’Ulysse de James Joyce, traduction qui a été accueillie très favorablement tant à Moscou qu’à Tel Aviv, New York et Austin (Texas). Une autre de ses traductions, celle de l’ouvrage du Président israélien Haïm Hertzog “Les guerres israélo-arabes”, a été publiée à Londres.

Son oeuvre la plus populaire, Le Pin et l’Olivier, qui retrace l’histoire de la Palestine/Israël, a été publiée en 1988. En couverture, une illustration du peintre palestinien Nabil Anani.  Au début de la première Intifada, Israël Shamir repartit en Russie, où il assura la couverture de l’actualité au cours des années 1989-1993, riches d’événements décisifs. De Moscou, il envoyait des reportages au quotidien israélien Haaretz, mais il fut licencié pour avoir écrit un article qui appelait au retour des réfugiés palestiniens et à la reconstruction de leurs villages détruits. Il a écrit pour divers journaux et périodiques russes, notamment la Pravda et l’hebdomadaire Zavtra.

En 1993, il retourna en Israël, choisissant de s’installer à Jaffa. Depuis, il a écrit pour divers journaux publiés en russe tant en Russie qu’en Israël, et contribué à diverses revues littéraires. Durant la dernière période, il a travaillé également à une nouvelle traduction de l’Odyssée, qui a été publiée en 2000 à Saint Petersbourg. Son grand projet est de traduire un manuscrit talmudique médiéval de l’hébreu vers le russe.

Face à la deuxième insurrection palestinienne survenue en l’espace de treize ans, I. Shamir a abandonné temporairement ses travaux littéraires afin de renouer avec le journalisme. Dans un contexte de débats interminables au sujet d’une “solution à deux Etats”, Israël Shamir, conjointement à Edward Saïd, s’est fait l’un des principaux hérauts de la solution “un homme, une voix, un Etat”, dans la globalité de la Palestine/Israël. Ses tout derniers essais ont été largement diffusés sur Internet et sont consultables désormais sur de nombreux sites d’information reconnus. Chaque fois que paraît un nouvel article de lui, I. Shamir affirme sa posture de journaliste dont le travail va à la rencontre des aspirations tant des Israéliens que des Palestiniens. Ses essais les plus récents sont notamment Test à la pierre de touche, Le viol de Dulcinée, Fleurs de Galilée, Joseph revisité…

Israël Shamir, qui a cinquante ans, est le père de deux garçons et vit à Jaffa.

 

Le Mur : Nous étions allés voir, en famille, le film des Pink Floyds, Le Mur, dans un petit cinéma dépouillé et un peu lépreux, dénommé Le Sémadar (Fleur de vigne), situé dans le quartier hyérosolomitain au charme suranné de la Colonie Allemande. Vidé de ses habitants d’origine allemande par les juifs, en 1948, ce quartier a conservé ses vieilles maisons de pierres au toit de tuiles et aux pignons ornés de plaques scellées citant les Psaumes en lettres gothiques, son lierre escaladant les façades et le mystère de son Cimetière des Templiers, bien gardé derrière son portail massif.

Featured Posts
Ryan Rodrick Beiler / Shutterstock.com

Autumn in Palestine

Autumn is beautiful in Palestine: overripe blue-green figs, unpicked pomegranates pecked by birds, heavy grapes turn red. Now is the ...

Read More

If They Are Bombed - They Are Daesh

President Putin is a pirate, no less. In his declaration at the UN, he stole President Bush Jr’s copyrighted 2001 ...

Read More

Evan El-Amin  /  Shutterstock.com

Les guerres de genre de H. Clinton

Est-ce que les hommes qui votent pour H. Clinton vont finir en enfer ? Je n'en suis pas sûr. Nous savons ...

Read More

A Syrian Breakthrough

The Russians and their Syrian allies have cut the main supply line of the rebels to the north of Aleppo, ...

Read More

The Liberation of the Slaves

Donald Trump’s electoral victory unleashed pent-up tectonic energies on the unprecedented scale. The world has been changed, much more than ...

Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Israel Shamir © 2016 Frontier Theme